Fresnes , réforme des rythmes scolaires : retour sur un échec

[note : cet article a été publié en avril 2013]

Avant le début du conseil municipal du 28 mars 2013, le maire de Fresnes annonça le report de la réforme des rythmes scolaires à 2014.

Depuis, le panorama fresnois (n°114) affiche « cap sur 2014 »  sur la réforme.

Rappelons que, de septembre 2012 à janvier 2013, le panorama n’avait pas abordé le sujet de la réforme des rythmes scolaires, pas même dans le numéro n°108 d’octobre 2012 avec un dossier « autour de l’école ».

Concernant la réforme des rythmes scolaires à Fresnes, le maire avait  annoncé sa position dans le panorama fresnois de février 2013 (n°112)

Le gouvernement donne le choix aux communes de passer à ces nouveaux rythmes scolaires dès la rentrée 2013 ou une année plus tard.
À Fresnes, nous avons décidé de saisir cette opportunité pour une mise en œuvre dès septembre prochain : sera ainsi lancée une vaste consultation pour réussir cette réforme essentielle aux enfants tout en y associant l’ensemble des acteurs.

Le choix de la date d’application était donc fait. La consultation ne pouvait  porter que sur les modalités d’application.

Alors que d’autres municipalités ont engagé des réunions d’informations à la population depuis octobre ou novembre 2012, à la mi-février 2013, aucune réunion publique n’a eu lieu sur le sujet à l’initiative de la mairie.

Si bien que le 12 février , parents et enseignants, rassemblés en manifestation, exigent une telle réunion en déposant une lettre en mairie

Les membres de la délégation
de l’assemblée générale du 12/02/2013
à Philippe Pallier,
adjoint au maire de Fresnes
en charge de l’Education

Objet : demande de réunion publique pour la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires
Fresnes, le mercredi 13 février 2013

Monsieur l’adjoint au Maire,
Hier, mardi 12 février 2013, nous étions entre 75 et 80 participants à l’assemblée générale réunie à l’école des Tulipes à 10h00 du matin, très majoritairement des enseignants en grève, mais aussi des ATSEM et des parents d’élèves.
Lors de cette assemblée générale, nous avons été mandatées par les participants pour rencontrer Benoit Joseph Onambele, chef de cabinet du Maire, qui nous a reçues en fin de matinée.

Nous souhaitons, en vous écrivant, redire clairement le message dont nous l’avons chargé pour monsieur le Maire et les membres du conseil municipal.

Les acteurs de la vie scolaire sont très inquiets de la façon dont la réforme des rythmes scolaires semble être engagée et pourrait être mise en œuvre sur Fresnes. Tout particulièrement, il nous semble essentiel que les acteurs et partenaires soient consultés simultanément, dans un cadre qui permette un échange et un débat entre eux, et non lors d’entretiens successifs.

Le délai très court dont dispose la municipalité pour se prononcer nous inquiète également et nous incite à penser qu’il est très urgent de se donner les moyens d’une consultation démocratique.

C’est pourquoi l’AG demande l’organisation par la mairie, d’une réunion publique à tenir avant les vacances d’hiver. L’AG demande en outre à connaître la date de cette réunion avant le vendredi 15 février 2013, et fait savoir que dans le cas où la mairie ne serait pas organisatrice de cette réunion publique, les acteurs et partenaires de la vie scolaire l’organiseront eux-mêmes.

L’AG rappelle que la rentrée 2013 va être une rentrée difficile sur Fresnes du fait de la réorganisation d’un tiers des groupes scolaires de la ville, avec redéploiement des élèves, des enseignants et des agents communaux vers des écoles à peine sorties de terre.

Ne multiplions pas les difficultés ! L’AG demande donc le report de la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires sur Fresnes à la rentrée 2014, ce délai devant permettre une concertation large.

L’AG précise que son avis sur le décret est largement défavorable et demande au Député-Maire de relayer cette opposition des acteurs locaux de la vie scolaire sur sa commune auprès des instances politiques et institutionnelles qu’il côtoie : l’AG pense que ce décret, en l’état, doit être abrogé.

Enfin, l’AG était porteuse de courriers et pétitions qui ont circulé dans les groupes scolaires ces derniers jours. Ces documents ont recueilli plusieurs centaines de signatures. Tout cela a été remis à monsieur Onambele.

A la fin de cet entretien, nous avons rappelé les courriers des enseignants et des parents restés sans réponse, sans même un accusé de réception et l’absence de démarche envers les personnels communaux ( ATSEM et animateurs) : tout cela a contribué à faire monter les inquiétudes.

De même, la façon dont la mairie communique dans le récent Panorama Fresnois et par courrier envers les associations fresnoises est de nature à inquiéter très fortement toute la communauté scolaire.

Seule une réunion publique et le report de la réforme à 2014 permettront de retrouver la sérénité nécessaire à la mise en œuvre de changements aussi importants sur une commune.

Comptant sur votre participation active à une large consultation démocratique de tous les acteurs et partenaires de la vie scolaire à Fresnes, nous vous souhaitons bonne réception de ce courrier et vous prions d’agréer, monsieur l’Adjoint au Maire, l’expression de notre considération.

De manière pour le moins maladroite, le PS local annonce dans le même temps sur son site ,  une réunion publique pour … mai 2013 ( après donc la date fatidique pour décider d’un report)
rythmes-ps

La mairie  répond alors aux différents courriers, organise des réunions publiques par groupe scolaire, puis une réunion publique « globale » le 26 mars ( première grande  réunion à quelques jours de la date butoir).

Aucune décision sur le report n’est annoncée.

Lors de ces réunions, un (seul) scénario horaire est présenté aux parents, scénario qui a la particularité de prévoir plusieurs horaires pour les classes d’un même groupe, scénario que lemonde.fr juge ainsi

Le maire Jean-Jacques Bridey (PS) défendait un scénario complexe : regrouper les activités périscolaires sur des tranches horaires d’une heure et demie par jour – comme a choisi de le faire Paris les mardis et vendredis –, mais accessibles aux élèves tous les jours, bien qu’ils n’y participent qu’un jour sur deux.Un scénario jugé « irréalisable » et même « hors la loi » par les enseignants fresnois

Cependant, dès le 21 mars 2013, lors de la commission extra-municipale qui remplace la caisse des écoles, M. le conseiller Helbling réitère le fait que la réforme sera appliquée en 2013.Le parisien.fr , bien informé, relaie la nouvelle

Côté mairie donc, c’est sûr : réforme en 2013.

Les fédérations de parents d’élèves de la commune demandent elles une application en 2014 :

La position de l’association des parents d’élèves indépendants ( API) , dans une lettre envoyée aux conseillers municipaux de Fresnes le 27 mars 2013.

Bonjour

En tant que parents indépendants sur Fresnes, nous nous adressons au conseiller municipal que vous êtes pour vous soumettre une demande simple : relayer demain soir – lors de la séance du conseil municipal – la demande de plus de 1000 parents sur Fresnes (pétitions remises à M le Député maire hier soir) exigeant le report de la réforme des rythmes scolaires sur Fresnes à 2014.

Nous disons depuis 2 mois à M Bridey et aux élus (rencontrés à notre demande), qu’au-delà de l’organisation en termes d’horaires, c’est bien le contenu de ces fameuses heures péri-éducatives qui nous préoccupe.

Nous ne cessons de marteler à la mairie que nous ne voulons pas de garderie pour nos enfants et au final, la mairie évite ce sujet en mettant le focus sur 1) le mercredi ou le samedi et 2) le placement dans la journée des heures péri-éducatives.
Certes, les réponses à ces questions sont importantes , mais ne donnent pas la qualification du contenu proposé aux enfants.

La question budgétaire est complètement sous-estimée dans tous les échanges avec la mairie, celle-ci considérant que l’on trouvera toujours une solution …
Mais quelle solution , il faudra bien financer tout cela , et comment ? pas de réponse précise.
De plus, les conseils d’école n’ont pas été associés à la démarche, et pourtant le décret le prévoit.

Nous pensons que le report à 2014 nous permettra de construire, au sein de groupes de travail rassemblant tous les acteurs de la vie scolaire (enseignants, parents d’élèves, personnel municipal, animateurs, associations sportives, MJC, CRD, CAPS …etc) un vrai projet pour nos enfants.

Hier soir, lors de la réunion publique organisée par M Bridey, nous avons reçu de plein fouet l’évidence d’une absolue impossibilité de dialogue. Même si nous avions déjà constaté, depuis 2 mois, que nos inquiétudes grandissantes n’étaient absolument pas entendues et encore moins relayées (cf Panorama Fresnois !! relatant que tout va pour le mieux dans la meilleure des villes) par l’équipe municipale, là, nous avons fait le constat édifiant d’un déni de démocratie absolu.

Nous sommes maintenant tous épuisés par ce qui devient un bras de fer que nous n’imaginions pas à l’annonce de cette réforme, et sommes sortis de cette réunion, abasourdis par tant de mépris. La moitié, si
ce n’est plus, de l’assemblée, a scandé la demande de report, après de très nombreuses inquiétudes exprimées par parents et enseignants.

M Bridey est resté campé sur des positions irrecevables puisque sans contenu ni financement expliqués.

Nous serons présents demain soir à la séance du conseil municipal et mettons toute notre confiance dans votre intervention.

En effet, la date fatidique du 31 mars ne nous laisse plus beaucoup d’espoir, si ce n’est celui de la dernière chance , demain soir.

Merci par avance pour votre écoute, dans l’attente d’une réponse de votre part,

Bien cordialement,

Les représentants API de Fresnes

La position des parents d’élèves de la FCPE SUD

La FCPE Nord n’a pas exprimé publiquement sa position.

Pour résumer : une concertation tardive, sur un champ restreint ( les modalités d’applications et non pas la date d’application), le sentiment que tout était joué d’avance, un scénario de mise en œuvre  complexe, une forte mobilisation des parents et des enseignants, ont conduit à l’échec d’une mise en place des rythmes scolaires en 2013.

Sur son site, l’élu chargé de l’éducation, M. Pallier, revient également sur les faits :

 Personnellement, j’animais cette réunion publique sur le groupe scolaire  Bleuets – Bastié. A l’évidence, nos réponses ont été jugées décevantes, imprécises sur ces activités, inexistantes pour tout dire.  Tout aussi ennuyeux a été le sentiment largement exprimé par les participants que tout était joué, que la réforme se ferait à Fresnes dès septembre 2013, quelque soit le résultat de la concertation, engagée tardivement et limitée à des réunions bilatérales selon mon public.(…). Et je pense que ces réunions ont été contre-productives.

La stratégie adoptée n’était pas la bonne. La veille au soir, je n’avais pas réussi à convaincre mes collègues que nous devions proposer aussi deux à trois scenarii(…). Venir à ces réunions publiques sans ces scenarii était s’exposer à une nouvelle déception, à une nouvelle critique sur l’absence de fond de notre discours. C’est ce qui s’est passé. Venir sans ces propositions,(…), c’était revenir un mois en arrière comme s’il ne s’était rien passé depuis trente jours, comme si nous étions toujours début février… .